Elevage de 370 truies à Noyal-sur-Vilaine (35)

Nous avons rencontré Benoît Leray à la SCEA de La Grange, à Noyal-sur-Vilaine (35) pour échanger avec lui sur l’importance de la marche en avant et de la ventilation en élevage.

 

 

Merci beaucoup à Benoît Leray pour cet échange très intéressant sur les fondamentaux en élevage, sur l’importance de réfléchir un projet en amont et de structurer ses bâtiments pour favoriser les résultats techniques.

 

Maternité

Cet élevage de 370 truies présentes, fonctionne en 5 bandes et en auto renouvellement.

Lorsqu’il a restructuré son élevage pour passer de 200 à 370 truies présentes en 2014 et qu’il a construit de nouveaux bâtiments, son objectif principal était la marche en avant. « Pour qu’un élevage fonctionne bien, pour favoriser les résultats techniques, il faut construire des choses cohérentes, optimiser les déplacements des animaux, bien veiller à la biosécurité de l’élevage, c’es essentiel ! C’est pour cette raison que tout le projet était axé sur l’économique et le sanitaire » nous explique Benoît.

Sa réflexion conjointe avec Claude Cochet sur son nouveau bâtiment s’est articulée autour de ce paramètre. « Aujourd’hui, je suis content d’avoir pris le temps d’étudier cette marche en avant. Au-delà de la biodiversité, ce sont des bâtiments faciles à travailler, on ne perd pas de temps en déplacements, tout a été bien pensé. »

Pour de bons résultats techniques, il ne faut pas oublier les fondamentaux : la marche en avant, pas de surcharge dans les bâtiments, sanitaire et désinfection.

 

 

On s’accorde toujours à dire que l’air est le premier aliment des animaux en porcherie. Aussi, le choix de la ventilation était un paramètre capital, en maternité et en engraissement notamment.

« Nous avons fait une visite chez René Colin et j’ai été convaincu du système de ventilation EXATOP. Quand on décide de construire, on regarde ce que font les meilleurs. Avec 3 années de recul, je constate que lors du contrôle des poumons à l’abattoir, on a un très bon résultat, à 92%, et cela grâce à la ventilation, et au fait qu’il n’y a pas de poussières et de particules dans les bâtiments. Même pour nous qui y travaillons à longueur de journée c’est plus confortable. Il n’y a pas de particules, donc on respire. » 

La marche en avant et la ventilation contribuent aux bons résultats techniques en élevage. Benoît nous a montré les chiffres avant construction et après construction : en 2013, les cochons étaient à 181 jours à l’abattoir (à 115 Kg) contre 166 jours en 2018. IC en 2013 : 2,7 > en 2018 : 2,6. Aujourd’hui le nombre de porcelets sevrés par truie par an = 32. Nombre de porcelets sevrés par portée = 12,34. « Une bonne ventilation, c’est une bonne croissance. » nous confie Benoît.

 

 

 

 

« Même en hiver, l’EXATOP est important, car on maîtrise mieux la ventilation. Le poteau travaille pour nous. C’est la régulation du poteau notamment qui est intéressante. Je pèse toutes mes bandes, et je sors des porcelets à 30 Kg de moyenne, c’est plutôt une bonne moyenne. Je tiens à remercier Clause Cochet, ainsi que mon père pour leur accompagnement qui a été important pour moi tout au long du projet. »

 

Suivez nos actualités sur les réseaux :